Première séance avec « A », ma nouvelle psychiatre, psychothérapeute, hypnothérapeute

18 Oct

Cela faisait 4 ans que je n’avais pas mis les pieds chez un psychiatre ! Le premier que j’avais était très bien, mais il a déménagé assez loin. De plus, il était plutôt spécialisé dans la schizophrénie et les troubles d’identité. C’était l’occasion pour moi de trouver un nouveau psychiatre avec d’autres spécialités. J’en cherchais un spécialisé dans les phobies et qui pratiquerait l’hypnose. Après de nombreux appels où la réponse étaient « Désolé, on ne prend pas de rendez-vous pour de nouveaux patients », j’ai fini par en trouver qu’une seule qui pourrait me convenir. Il s’agit d’une psychiatre, psychothérapeute pratiquant l’hypnose.

J’arrive pile poil à l’heure dans le cabinet de ma nouvelle psychiatre. J’ai tout de suite sentie un feeling « froid », elle n’est pas hyper souriante. Comme tout médecin, sa première question était « alors, qu’est-ce qui vous amène ? ». Je raconte alors toute mon histoire de A à Z. Elle m’arrêtait de temps en temps pour me demander des précisions. Elle a griffonné trois pages. Je lui ai parlé de mon addiction pour Lexomil, ainsi que mon envie de reprendre Seroplex.

Elle m’a alors prescrit Seroplex. Comme j’étais en sevrage, à 2,5 mg / semaine, elle m’a dit de commencer par 5 mg / jours pendant une semaine. Puis, je pourrais reprendre la dose normale : 10 mg / jours. Elle m’a dit qu’il était préférable que je prenne Seroplex au quotidien plutôt que du Lexomil qui serait plus néfaste pour la santé à long terme.

Je lui ai également dit que j’ai commencé une thérapie d’EMDR. Elle m’a dit qu’elle ne considérait pas cela vraiment comme de l’hypnose, mais que cela pouvait donner de très bons résultats. En complément, elle m’a proposé ses autres méthodes d’hypnose. Cela ne porte pas vraiment de nom, car il s’agit de plusieurs hypnoses mélangées selon elle. Globalement, il s’agit de m’exposer à des situations qui me font peur, comme prendre le train, voir des gens vomir, ou moi-même vomir.

J’ai alors demandé ce qu’elle me recommandait. Sa réponse me paraissait un peu « je-m’en-foutisme » : « Bah… je peux vous suivre au niveau des médicaments, mais pour le reste cela va dépendre de vous seule, à vous de voir si vous voulez qu’on tente l’hypnose, si vous avez envie qu’on se voit souvent ou pas ». Ça ne m’apporte pas trop ma réponse, je ne me suis pas sentie aidé.

Contrairement à mon premier psychiatre, elle ne m’a pas donné d’exercice, ni aucun conseil. Elle m’a juste écouté et donné mon ordonnance. Mais c’est peut-être ainsi qu’elle fonctionne pour ses premiers rendez-vous. Bien que je n’ai pas eu le feeling avec elle, je ne m’arrête pas à cette première impression. J’ai pris un autre rendez-vous pour tenter son hypnose, elle m’a l’air compétente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *